Clara dans les bois à la Maison Théâtre !

Image

Tout démarre avec une jolie scénographie et une douce narration qui m’emmène tout de suite dans le conte de cette jeune Clara. Une touche d’humour, un ton très agréable : Maxime Perron est un superbe narrateur que je regrette de voir partir. Mélodie nous amène une nouvelle douceur avec ses couleurs un mystère : sa voix enregistrée. Je souhaite qu’elle retrouve son timbre perdu pour que je puisse entendre le chant en direct. Allons tous chercher ensemble la voix de Mélodie !!

Le décors s’installe et peut-être un peu trop. De l’ombre, pourquoi pas … mais les projections. Je ne comprends pas. Certes, nous sommes dans une pièce pour les 4-8 ans mais appuyer les détails narrés par les images, n’est-ce pas un peu trop ? D’ailleurs, pourquoi les détails des actions et des transformations de la forêt sont-elles racontées par Clara et non par le narrateur ? Et qu’apportent ces images (pas toujours claires d’ailleurs) et ces sons ? Ne nous enferment-ils pas dans un univers au lieu de permettre de nous le créer ?

La quête a été pour moi bien trop longue et sans grande avancée. J’ai décroché rapidement. Mais grâce à cela, j’ai pu écouter la réaction de mes voisines. La première n’arrêtait pas de questionner son père. La deuxième pleurait en voyant la tristesse de Clara. L’univers semble accrocher ces deux jeunes ( entre 3 et 6 ans je pense). Le juste jeu de Chantal Dupuis doit faire son effet … Je m’y replonge … en vain.

Les jeux de mots sur notes de musique, qui étaient présents au départ entre Mélodie et Clara n’existent plus à partir de l’entrée dans la forêt. Le texte semble stagner autant que l’action. Pour moi, rien ne bouge en dehors de l’image qui cherche peut-être à combler un vide sans succès.

L’écureuil rallume un peu .. quoi que. il semble marcher auprès du jeune public. Dynamique, enjoué, il fait sourire et représente quand même la fin puisqu’il offre la voix ! Super, on va entendre une belle chanson. Mais, nouvelle déception. Seul le père nous offrira  sa voix à travers un tube un peu ringard qui, à mon goût, ne laisse pas sur une belle fin.

Néanmoins, Clara dans les Bois ne mérite pas de se terminer sur une mauvaise note. Rappelons-nous que le texte regorge de belles tirades et que les jeux mots sont bons ! Jean-Luc Lasalle a écrit un texte poétique pour les enfants ainsi que pour les parents. Les couleurs de la scène servaient à la force du texte tout comme le jeu des comédiens. Mais il me semble que cette scénographie à souhaiter trop en faire. Le silence de la salle présent au début et à la fin, contrairement au passage dans la forêt, me conforte dans ma « sélection » mais pour l’ensemble, l’enthousiasme semblait présent avec le jeune public. Ais-je perdus mon âme d’enfant ? J’en doute puisque la Maison Théâtre a programmé cette année de nombreux spectacles qui m’ont transportée, notamment Derrière la Porte. Alors cherchons ensemble. Allez- voir la jolie Clara et éclairez-moi !

Image

Clara dans les bois jusqu’au 30 mars à la Maison Théâtre

http://www.maisontheatre.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s