Un merveilleux Shakespeare dans une superbe mise en scène !

Image

Le frère qui répand aveuglément le sang du frère, le fils qui massacre impétueusement son propre père. Les luttes des maisons de Lancastre et d’York sont une cicatrice à l’Angleterre.
– W. Shakespeare

Il me semble que le choix de cette citation est parfaite pour illustrer la nouvelle production d’Omnibus ! Fatal est une adaptation des trois parties d’Henry VI, pièce que nous connaissons peu voire pas du tout ! Remercions Jean Asselin de nous l’offrir et de façon si juste.

Peu de choses se trouvent sur scène, en fait … rien en dehors d’une superbe équipe. Et quelle équipe ! Commençons par ceux en lumière : les comédiens. Je crois que chacun d’entre eux a au moins trois personnages (parfois très différents les uns des autres) à interpréter. Une belle prouesse, avec quelques pertes de jeu de temps à autre MAIS, ce n’était que la première ! Je suis certaine qu’avec le temps, chaque petit détail vont s’ajuster et il ne restera que l’unité que j’ai pus ressentir tout au long du spectacle. Pas une seule fois nous n’étions perdus au milieu de tous ces personnages, toutes ces histoires et ces batailles ! Jean Asselin a effectué un double travail remarquable : diriger sa troupe de façon juste afin qu’ils nous offrent sa superbe réécriture de Shakespeare. Et ce n’est pas masse à faire. Adapter un des plus grands auteurs anglais en québécois ! Faire des coupures afin qu’une trilogie shakespearienne se joue en moins de trois heures !! Chapeau bas ! L’humour n’a jamais été perdu et même remis au goût du jour, il était impossible de se perdre dans les multiples histoires (et ça n’en finit par avec ce William) et la rythmique était toujours présente avec son petit plus québécois !! Bravo à Jean.

L’écriture et le jeux étaient au rendez-vous mais tout ceci a été parfaitement porté par une lumière et une ambiance sonore formidables ! La mise en scène a choisi d’avoir un espace nu. Peu importe les raisons de ce choix, cela a été une très belle idée. Grâce à la mise en lumière de Mathieu Marcil, la puissance des mots était renforcée par une poétique lumineuse incroyable ! Je ne rêve que d’une chose : voir cette pièce dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes ou dans la Carrière de Boulbon . Chaque scène avait son espace, son ambience. Les ombres rajoutaient un trouble afin de nous plonger un peu plus dans la folie d’Henri ( mais chacun des personnages n’était il pas plus fou que le roi d’ailleurs ? ). Avec ces couleurs chaudes, révélant les tensions dramatiques ( colère, jalousie, sexe), la scénographie était incroyablement belle et si juste ! Des décors auraient été inutiles. Il était impossible de ne pas voir la présence de la lumière et de ne pas être conscient de l’importance de cet élément  dans une création théâtrale.

L’ambiance sonore complétait parfaitement cette belle équipe. Il me semble que le duo Marcil/Forget est très fort et ces deux hommes de l’ombre méritent d’être applaudis tout autant que les comédiens et Jean Asselin pour leur travail exceptionnel !

Un grand bravo à tout le monde ! Je suis certaine que cette mise en scène va avoir un grand succès et vous conseille de prendre un billet pour profiter de cette belle adaptation … Vous avez jusqu’au 11 mai !

http://www.espacelibre.qc.ca/fatal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s