De Passage … on aurait voulu que ça dure plus longtemps

La rencontre avec la mort

Imaginez vous arriver aux porte de la salle de théâtre et au lieu de vous déchirer le billet, on vous pose délicatement un casque autour du coup. Bon spectacle …

De Passage

Bah euh , mais euh… (je le savais mais j’imagine une personne n’étant pas au courant). Arrivée dans la salle, une douce voix féminine nous explique quand poser ces écouteurs sur nos ptites oreilles et … pffiittt nous plongeons ensemble au coeur d’un récit doux et difficile à la fois. De Passage évoque le combat d’un jeune garçon contre la maladie mais aussi contre le malaise de découvrir qu’il a été adopté. L’histoire est forte, l »écriture de Stéphane Jaubertie aussi. D’ailleurs il est en vente après le spectacle pour seulement 13,50€ (oui oui j’ai craqué). Un sujet difficile à évoquer pour les jeunes et je crois que l’auteur à écrit pour les pré-adolescents .. bah il a bien fait ça. On se laisse prendre dans la magie des mots, la poésie de l’amour que porte la mère adoptive pour son fils , de la mère biologique pour l’être qu’elle a préféré laisser dans les mains d’une autre et l’enfant qui oscille entre les deux. On rencontre la mort, un personnage un peu foufou mais inquiétant aussi et d’une autre façon. Elle est représentée par une femme avec une sorte de tutu long. La silhouette ne nous effraie pas mais on ne souhaite pas être attirée par elle. On sait qu’elle ne veut pas notre bien … Enfin, on ne prend pas l’enfant pour un être sans intelligence mais pour un humain doué de réflexions !!

Capture d’écran 2014-11-28 à 23.50.30

En parlant de silhouette. Un grand bravo à la mise en scène de Johanny Bert qui m’a rabibocher avec le théâtre d’ombres. Il s’est réapproprié un art ancestral pour le remettre au goût du jour et le maitriser d’une façon assez innovante. Mouvement d’acteurs et silhouettes découpées se superposent. Non ce n’est pas totalement nouveau mais je n’avais pas vu une pièce quasiment basée sur ça. Et pas de cette façon. Encore une fois, les choses sont justes, dans un bel équilibre. Le narrateur est devant la toile blanche afin de nous conter l’histoire à nous, à moi même. Oui à moi, puisqu’il ne parle que pour moi. Avec le casque sur les oreilles cela pourrait être l’impression vraiment. Nous plongeons au coeur de la pièce et j’ai eu la sensation que le comédien me parlait juste à moi. Etait – ce un secret comme l’annonce la pièce ? Je ne sais pas trop mais au final, on s’en fiche un peu. Le plus important est que j’ai eu une sensation d’intimité et de partage fort ! Chaque soupir au creux de mon oreille me rapprochait de ces silhouette en action. Et les ombres nous plonge un peu plus dans l’imaginaire, l’inquiétude mais aussi la poésie.

Après quelques minutes pour que le jeu se mette en place (à mon goût), les comédiens jonglent avec grâce sur scène. Impossible de savoir quelles comédiennes jouaient quel second rôle. On se laisse aller devant la suite de personnages. On rentre juste dans les mots et dans l’histoire. Et à n’importe quel âge. Pas de mouvements intenses dans la salle alors que deux rangs étaient occupé par des jeunes d’environ 12 ans. Normal, tout est très esthétique mais aussi dynamique. Beaucoup de sons, de musiques, d’ambiance sonore (bah oui, on a quand même des casques sur les noreilles ! ). Un peu comme dans un film la narration , les dialogues et les actions sont illustrés par la bande sonore. Pour mon plus grand plaisir !

La rencontre avec la mort

Je ne sais pas comment construire cet article. Je viens de rentrer de la pièce et voulais absolument partager mon enthousiasme. Parce qu’après quelques années de théâtre pour enfants et adolescents et bien c’est la deuxième mise en scène (et le premier texte)  qui me touche , que je trouve adéquat pour un jeune public et j’en suis ravie ! Merci à l’équipe artistique. Merci au Théâtre Jean Arp d’offrir tant de théâtre de qualité pour tous les âges !!

http://www.theatrejeanarp.com/saison/fiche_spectacle.cfm/185900_de-passage.html

La pièce ne se joue plus à Clamart mais c’est CERTAIN, De Passage, mis en scène par Johanny Bert va faire le tour de la France ! ICI

hiboux jean arp

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s