Fin de festival, début d’une autre histoire

Il y a quelques jours, je découvrais un autre pan de l’activité artistique des Sages Fous : les créateurs de festival.Deux types, deux missions : l’un est un petit festival de formes inachevées, l’autre est un festival de théâtre insolite ! Chaque année a lieu un des deux et en cette belle année 2016, c’est au Micro – Festival de Marionnettes Inachevées que j’étais. Avant même de commencer cette aventure , mon enthousiasme était grand mais dès ma première journée (le mardi), j’ai su que j’allais être plus que conquise  ( si ça vous tente, petit article de jeudi : ici )

DSC06962.JPG

Aujourd’hui, « j’utilise » mon expérience afin de rebondir sur un sujet qui me tient à coeur(rapidement, ne vous inquiétez pas je ne vous endormirais pas ) . Sujet qui devrait être développée sur 400 pages mais aujourd’hui, essayons d’être court afin d’ouvrir le débat (tout en étant conscient de certaines généralités).

DSC06634

Je ne reviendrais pas sur mes propos de jeudi, ils sont toujours exactement les mêmes. Ce festival est primordial dans nos processus de création et c’est une chance pour nous artistes d’avoir ce temps, ces rencontres, cet accueil, cet amour que nous offrent Les Sages Fous et toute son équipe. C’est aussi une chance pour le public d’avoir accès à ces coulisses et de participer au travail de créateurs qui cherchent à offrir aux spectateurs des émotions. J’irais un peu plus loin en annonçant mon enthousiasme face  à la présence de ce festival HORS DE MONTREAL (ou de Québec ) ! Parce qu’il faut se le dire : les régions n’ont pas accès à autant de diversité culturelle que ces « capitales »… Et pourquoi dont ? Les trifluviens, tout comme les autres citoyens hors des « grosses villes » sont – ils moins demandeurs de culture ? Ont – ils un quotient intellectuel moins élevés qui ne leur permettrait pas d’avoir accès aux grands principes de l’ Art ? Permettez – moi d’en douter. J’ai été dans la salle lors des présentations de projets vendredi soir (une présentation qui a duré environ 3h sans s’ennuyer une seule seconde). J’ai pu reconnaître des Montréalais (du milieu par ailleurs) mais j’ai surtout remarqué un grand nombre d’habitants de Trois-Rivières et des environs. J’ai pu sentir leur enthousiasme, leur questionnement, leur réaction. J’ai pu observer une part importante du public rester après les représentations afin de parler à la Brigade Publique pour donner leurs impressions, leurs conseils, leurs interrogations (d’ailleurs bravo pour cette Brigade, l’idée est superbe et l’équipe, j’en suis certaine, était du tonnerre) …J’ai été impressionnée par la générosité des spectateurs et l’amour qu’ils ont pu offrir aux artistes. J’ai aussi été intéressée par les quelques retours que j’ai pu attraper au vol de mon écoute (lors de mon espionnage auditif dans le hall, les couloirs … ) Et ces derniers ne sont pas vide de sens, bien au contraire.

Ma colère est donc bien présente. Je me permets d’utiliser ce terme parce que, pour moi, elle a lieu d’être. J’ai l’impression d’être face à une ségrégation culturelle. Les fautifs sont multiples et le but n’est pas de les dénoncer mais je tenais à écrire noir sur blanc ma certitude sur la curiosité de chaque québécois, qu’il soit citoyen d’une grande ville ou un petit patelin excentré. L’Art devrait être une politique présente et importante dans chaque ville . Et pas seulement le peintre du coin, ou le conteur que tout le monde connaît. Ces derniers sont tout aussi important que le danseur gaspésien, le sculpteur madelinot ou que la comédienne montréalaise. La culture est un ensemble d’offres parce que « tous les goûts sont dans la nature ». Parce que pour satisfaire une population il ne faut pas seulement programmer des humoristes. Parfois, il faut peut -être prendre des risques. Proposer des pièces sociales, politiques durant des festivals d’été ; proposer des formes peu conventionnelles afin de donner la possibilité aux spectateurs de découvrir, de s’ouvrir…. Par la diversité, nous grandissons. Par nos rencontres, nous nous nourrissons, nous citoyens (artistes, spectateurs, coordinateurs …).

C’est par ce festival que mon interrogation est revenue. Parce que de nouveau j’ai pu découvrir un enthousiasme extraordinaire de la part des personnes habitant en région qui en demandent plus mais qui sont parfois obligées de faire4h de route afin d’aller et de revenir d’une grande ville qui elle offre dix fois plus de choix artistiques. C’est par ce festival aussi que je me questionne sur la volonté des médias de réellement parler de l’ensemble de la création québécoise … C’est par ce festival que je me demande pourquoi des artistes montréalais font le déplacement dans la même journée pour assister au festival mais pas les diffuseurs ?

Ce débat est un très long débat. Mais j’ouvre la porte, cherche à diffuser ces questionnements afin que tous, nous nous questionnions. Pour que nous puissions peut – être travailler ensemble afin de faire bouger les choses.Mais je profite de ce petit moment afin de confirmer que le gouvernement devrait beaucoup aider les artistes en tournée pour que l’art puisse traverser chaque frontière (celle des villes, des régions, des pays). Ce Micro-Festival est un moyen ce soir d’énoncer ce qui me tenait à cœur et d’utiliser cet exemple afin de prouver que les régions ont envie et besoin de tout autant de culture que Montréal, Paris, Québec, Berlin…

Nos dompteurs vagabondent à travers le monde afin de rencontrer d’autres artistes. J’ai le sentiment qu’ils s’enrichissent à chaque nouvelle expérience dans un nouveau pays, qu’ils développent leur vision artistique aussi grâce aux cultures différentes. Ainsi, de retour à Trois-Rivières ils arrivent à sélectionner des projets riches pour leur programmation et peuvent offrir des conseils percutants aux compagnies qui viennent se nourrir elles aussi. J’ai le sentiment que nos manipulateurs préférés se fabriquent au gré de leur vagabondages afin de devenir de grands sages qui savent que la folie de la prise de risque est essentielle à notre accomplissement. Pas si fous que ça …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s